L'appel de Cthulhu- HP Lovecraft - Gou tanabe - les-carnets-dystopiques.fr

L’appel de Cthulhu – Gou Tanabe

L'appel de Cthulhu- HP Lovecraft - Gou tanabe - les-carnets-dystopiques.fr
L’appel de Cthulhu

L’appel de Cthulhu est un roman graphique réalisé par le japonais Gou Tanabe, et publié en 2020 chez les éditions  Ki-oon.
Adaptation du chef d’oeuvre de Howard Phillips Lovecraft, il s’agit d’une transcription graphique du récit fondateur de ce qui est devenu depuis le « Mythe de Cthulhu« .
Gou Tanabe n’en est pas à son coup d’essai (voir notamment la chronique de « La couleur tombée du ciel« ), mais les amateurs de géométrie non-euclidienne imagineront sans peine que L’appel de Cthulhu est sans aucun doute l’un des récits les plus difficiles à dessiner…
Alors, prêt à regarder en face « Celui qu’il ne faut pas nommer » ?

➡️ « L’appel de Cthulhu » – Gou Tanabe – 17€

Une chronique imprudente rédigée par Julien Amic

Nota bene : cette chronique reprend en partie celle réalisée précédemment pour la version de L’appel de Cthulhu traduite par François Bon et publiée aux éditions Points. 

 

Un extrait de « L’appel de Cthulhu » …

 

« D’êtres et de puissances aussi formidables, il est possible qu’il y ait une survivance… une survivance d’une époque incroyablement reculée… où la conscience existait, peut-être, sous des formes et des aspects disparus bien longtemps avant le déferlement de la marée humaine… des formes dont seules la poésie et la légende ont saisi un souvenir fugace en les appelant dieux, monstres, êtres mythiques de toutes sortes et espèces… »

 

 

Présentation de L’appel de Cthulhu

Un teaser pour vous donner envie…

(Si vous souhaitez en savoir le moins possible sur le livre, lisez seulement cette partie)

 

Tout a commencé lorsque le jeune Henry Anthony Wilcox raconta ses étranges rêves au Professeur Angell. Des songes emplis de créatures indescriptibles, si ce n’est par l’horreur qu’elle suscitent par leur simple description. De ces rêves, Wilcox, un sculpteur talentueux et hypersensible, tire suffisamment d’inspiration pour réaliser une tablette représentant une forme grotesque et hideuse, accroupie sur un piédestal de pierre gravé de hiéroglyphes d’un genre inconnu.

Bientôt, une fièvre étrange s’empare du jeune artiste et le Pr. Angell, archéologue et linguiste semble prendre la chose au sérieux et rédige une série de notes. Mais tout ceci semble peu crédible, les écrits d’un vieillard crédule relatant les affabulations d’un jeun homme manifestement dérangé.

Pourtant, une série d’évènements relatés suite à une intervention policière à la Nouvelle-Orléans et liés à un obscur culte vaudou révèlent d’étonnantes similitudes avec les rêves de Wilcox et l’étrange tablette d’argile…

Tablette argile Cthulhu - Gou Tanabe - les-carnets-dystopiques.fr
L’étrange tablette d’argile

« … on dirait un monstre mêlant les formes d’une pieuvre, d’un dragon et d’un être humain… »

 

➡️ Acheter et lire « L’appel de Cthulhu » – Gou Tanabe – 17€

(La suite, sans révéler l’intrigue ni le dénouement, dévoile certaines parties du récit. Pour lire seulement l’analyse vous pouvez vous rendre directement ici )

 

Une abominable statuette de pierre verte

L’histoire en détails 

 

Un jeune homme impressionnable, sculpteur hypersensible à tendance asociale de la ville de Providence, modèle dans l’argile un beau matin une statuette représentant une créature de cauchemar.

Le narrateur est le petit-neveu du Professeur Angell, à qui ce jeune homme, Henry Wilcox, est venu présenter son oeuvre et les étranges glyphes dont il a orné le piédestal. Angell est mort subitement, sans explication réelle si ce n’est son âge très avancé. Il est tombé d’un coup, dans la rue, à peine bousculé par un homme aussitôt disparu.

L’exécuteur testamentaire se trouve donc rapidement en présence des écrits de feu son grand-oncle, et il découvre les notes relatant les nombreux entretiens aux cours desquels Wilcox lui a raconté les rêves, ou plutôt devrait-on dire les cauchemars, qui suivirent leur première entrevue. Et jusqu’à ce que les cauchemars se transforment en forte fièvre délirante valant au jeune homme un internement pour raisons médicales…

Fait très étrange, durant la même période se produit dans les bayous de la Nouvelle-Orléans une cérémonie de culte vaudou nécessitant l’intervention des forces de police. L’inspecteur Legrasse interrompt un rituel monstrueux au centre duquel semble vénérée une statuette de pierre verte dont la description la rapproche de la figurine sculptée par Wilcox.

Statuette Cthulhu - Gou Tanabe - les-carnets-dystopiques.fr
L’abomination sculptée

« Ils ont apporté leurs idoles avec eux »

Tout ceci est sans doute pure coïncidence, peut-être même que Wilcox est un usurpateur. Pourtant, au même moment toujours, un navire perdu au milieu du Pacifique Sud est pris en remorque par un Cargo. À son bord, un homme a demi fou et un cadavre. Et un récit qui rappelle celui de Wilcox sur la côte est des États-Unis. Et celui de l’inspecteur Legrasse à la Nouvelle-Orlans. Et les mots étranges que les hommes faits prisonniers par lui ce soir là lui ont psalmodié trouvent un écho dans le récit de Johansen, le marin rescapé.

« Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyeh wgah’nagl fhtagn. » 

 

L’appel de Cthulhu et le mythe fondateur du culte

Analyse dystopique

 

« Ne jamais considérer l’extraordinaire comme un fait acquis (H.P.Lovecraft) »

Ici commence le mythe. Lovecraft place le narrateur dans la ville de Providence, sa propre ville natale. L’appel de Cthulhu est le récit fondateur de ce que l’on s’est mis à appeler dans les années 90 le « Mythe de Cthulhu ». Pourtant il s’agit là d’une simple nouvelle de moins d’une centaine de pages, écrite en 1926 et publiée en 1928 après avoir essuyé quelques refus. Pourquoi Cthulhu deviendra t-il plus icônique que Nyarlathotep, les Grands Anciens ou Shub-Niggurath ? Hé bien c’est sans doute grâce à ce récit précisément.

Tous les grands thèmes chers à Lovecraft sont condensé ici. D’abord bien sûr il y a l’horreur, l’abomination, la monstruosité plastique de celui que l’on ne doit pas nommer, l’effroyable Cthulhu, être chimère associant des traits humains et reptiliens, céphalopode gigantesque. Et il y a la préexistence dans le récit d’un culte, de sociétés secrètes dispersées de part le monde, en Amérique et dans les îles du pacifique entre autres.

Cthulhu - Outer space - Gou Tanabe - les-carnets-dystopiques.fr
Cthulhu from outer space…

« Ils sont descendus sur terre bien avant l’apparition des hommes »

Cthulhu est un mystère, à la fois monstre, dieu, créature extraterrestre, il est à la fois mort et non mort, il est enfoui sous les mers dans sa cité de pierre et rêve. Il peut communiquer par rêve interposé avec les vivants en tous cas certains d’entre eux, à la fois « élus » et « maudits » par ce privilège.

Lovecraft crée l’effroi par la suggestion. Il ne s’agit pas de simples cauchemars, ni de cultes sauvages. De cet horreur ordinaire, il tire la suggestion d’un univers effroyable, aussi halluciné que réaliste, et dont la crédibilité bien réelle confine à l’épouvante. Toute la force de Gou Tanabe est donc de parvenir à conserver cet aspect du récit qui fait obligatoirement appel à (Cthulhu ?) l’imagination du lecteur et à l’associer avec une représentation graphique qui oriente donc nécessairement cette imagination…
Il existe bien entendu une quantité non négligeable d’adaptations graphiques de l’oeuvre de Lovecraft, plus ou moins réussies, mais je dois dire que j’ai une affection particulière pour le travail de Gou Tanabe. Ses dessins sont précis et pourtant laissent toujours une place à l’interprétation, car certaines représentations sont pour ainsi dire floues. Le côté monochrome convient aussi parfaitement à ce récit qui se déroule au début du siècle dernier, à l’époque où la photographie en était encore à ses balbutiements. Le noir et blanc nous immerge dans cette époque des années 20.

Comme je le disais dans une chronique précédente, Gou Tanabe crée chez le lecteur quelque chose une perception intermédiaire entre le roman et la bande dessinée. La représentation n’est pas « prête à consommer ». le lecteur DOIT faire un effort d’imagination, comme si l’image ne pouvait exister qu’à travers l’oeil du lecteur, forcément unique.

La fameuse cité de R’lyeh,Cthulhu « attend et rêve »mérite à elle seule la lecture de ce roman graphique. Alors que Lovecraft y décrit longuement la géométrie « non-Euclidienne » qui fait basculer le récit du fantastique à la science fiction, faisant de Cthulhu non pas un monstre maléfique mais bien une créature d’outre-espace et d’outre-temps, Gou Tanabe parvient à représenter une chose que, personnellement, je n’aurai pas cru possible pour un dessinateur : la Porte de la Cité. Il est déjà très difficile d’imaginer quelque chose qui soit à la fois horizontal et vertical… Alors le représenter visuellement sur une feuille en 2 dimensions…

R'lyeh - Gou tanabe - les-carnets-dystopiques.fr
La découverte de la cité de R’lyeh

« Tout semble déformé, même la lumière »

À ce propos, et là je m’adresse à tous les adorateurs de Cthulhu, voici les coordonnées de la cité engloutie de R’lyeh : 47°9’S, 126°43’W. Alors, si vous avez un bateau, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Coordonnées géographiques R'lyeh - Lovecraft - les-carnets-dystopiques.fr
La cité de R’lyeh

Si l’alignement des planètes est propice, et si vous parvenez à braver les tempêtes, peut-être y apercevrez-vous « Celui qu’on ne doit pas nommer« .

Cthulhu - Gou Tanabe - les-carnets-dystopiques.fr
La puissance de Cthulhu

« Ce qui s’est levé doit tomber, et ce qui a sombré doit se relever.« 

L’appel de Cthulhu m’a littéralement effaré lorsque j’ai lu le récit de Lovecraft la première fois. Son adaptation graphique par Gou Tanabe m’a fasciné.

 

P.S. : je vous invite à lire également « La couleur tombée du ciel », autre roman graphique de Gou Tanabe adapté d’une oeuvre de H.P. Lovecraft.

Faites-moi part de vos avis en commentaire, si le coeur vous en dit.

 

L'appel de Cthulhu - Gou Tanabe - Ki-oon - les-carnets-dystopiques.fr

Auteur : Gou Tanabe, d’après l’oeuvre de H.P. Lovecraft
Editeur : Ki-oon
Format : 16,3×22
ISBN : 979-1032706633
278 pages
Parution : septembre 2020
Pays : Japon
Titre original : The Call of Cthulhu (1928)
Traduction : Sylvain Chollet
Chroniqueur : Julien Amic

 

 

 

🦑 Acheter et lire « L’appel de Cthulhu » – Gou Tanabe – 17€

✅Ce blog fonctionne uniquement grâce à vous !
➡️ Si un article vous plait, utilisez les liens disponibles dans le post pour effectuer vos achats.
Cela finance le fonctionnement du site à travers une petite commission qui m’est reversée, et me permettra de publier encore plus de nouveaux carnets dystopiques.
Un grand merci à vous ! 🙏😘 – Julien Amic

Vous ne souhaitez pas commander chez Amazon ? N’hésitez pas à faire un petit don pour soutenir mon travail de chroniqueur.
(Pas de minimum, don sécurisé Paypal via The Big Jellyfish SAS)

Une chronique imprudente rédigée par Julien Amic

Vous aimez ce carnet? Faites-le savoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *